Publicités

Sorties à Lyon – La newsletter

Vous cherchez des sorties à Lyon ? Abonnez-vous gratuitement à la newsletter, comme nos 15 000 abonnés !

DogMan de Luc Besson. Avec Caleb Landry Jones, Jojo T. Gibbs, Christopher Denham

DogMan de Luc Besson – Synopsis

C’est l’incroyable histoire d’un enfant, meurtri par la vie, qui trouvera son salut grâce à l’amour que lui portent ses chiens.

DogMan de Luc Besson – Critique du film

Après Arthur Malédiction produit et quasiment entièrement réalisé par Luc Besson, il revient cettefois-ci avec un nouveaux projet du nom de Dogman. D’abord présenté à la Mostra de Venise oùbeaucoup de critiques ont accusé le réalisateur d’avoir conçu un sous Joker,  il a débarqué ceMercredi 27 septembre sur nos écrans français.

Alors au final est-ce que c’est un bon film ?

Il y avait de quoi être excité par le projet, on pouvait s’attendre à une série B totalement décomplexée avec un personnage mafieux en fauteuil qui tue des gens avec des chiens. Hélas ce long-métrage est en fait, comme une majorité des dernières productions Besson,  prometteuses sur le papier mais hautement toxique pour notre vie.

C’est un peu comme si le film Joker de Todd Phillips  était un poisson :  pour le cuisiner il faut le vider. Or le long métrage va non seulement lui faire les poches pour le vider,  mais il ne va pas  s’appuyer sur les  mêmes références qui composaient le film de Phillips.

Dans Joker on pouvait par exemple trouver des références à Taxi Driver de Martin Scorsese avec une ligne déjà vue certes  mais efficace. Ici DogMan n’a que pour point de référence le Joker. Il est même inquiétant de comparer les deux tellement les parcours de ces deux métrages se ressemblent tant en termes de mise en scène  que de lieux visités. 

Il en résulte un film assez plat où il n’y a qu’une scène d’action qui est assez bien faite mais qu’on nous a très largement vendu dans les bandes annonces. C’est un film assez creux, même s’il reste plus compréhensible qu’Anna, mais garde un rythme soporifique.

Douglas n’est quasiment que caractérisé par son handicap  et son envie de mourir. Il passe quasiment tout le récit à être pathétique a s’apitoyer sur son sort il n’évolue jamais. Sans être aussi catégorique que nos confrères, on a eu certaines représentations de personnes en situation de handicap. Seule son envie suicidaire et son handicap qui le caractérise.

C’est cet élément précis qui donne un message voulu ou non qui est assez nauséabond.

Rémi Bourdeu

Bande-annonce

Découvrez les autres temps forts de l’actualité culturelle lyonnaise, sur le guide pour sortir à Lyon : Que faire à Lyon ce week-end ? (6, 7, 8 octobre 2023)