Publicités

Sorties à Lyon – La newsletter

Vous cherchez des sorties à Lyon ? Abonnez-vous gratuitement à la newsletter, comme nos 15 000 abonnés !

AmĂ©lia’s Children de Gabriel Abrantes

Avec Brigette Lundy-Paine, Carloto Cotta, Anabela Moreira

Amelia’s Children de Gabriel Abrantes – Synopsis

Orphelin dès sa venue au monde, Edward voit se dĂ©voiler Ă  l’âge mĂ»r une vĂ©ritĂ© insoupçonnĂ©e : l’existence d’un jumeau ainsi que l’identitĂ© d’une mère jusque-lĂ  mĂ©connue. AccompagnĂ© de sa compagne, Ryley, il entreprend le pĂ©riple vers leur splendide rĂ©sidence sise au sein d’une contrĂ©e retirĂ©e du Portugal. LĂ , après des retrouvailles Ă©mouvantes, la jeune paire perçoit avec stupeur que les dehors dĂ©licats de la famille d’Edward dissimulent un abominable secret. Ce voyage initiatique vire alors au cauchemar, plongeant les visiteurs dans un tourbillon d’effroi.

Amelia’s Children de Gabriel Abrantes – Critique du film

Ce film d’horreur surnaturel sur les rapports familiaux mĂŞle humour dĂ©calĂ©, perversion, sidĂ©ration et politique avec une dimension monstrueuse propre Ă  la famille que l’on retrouve par exemple dans oedipe roi de Sophocle.

En s’inspirant du Dracula de Bram Stocker, il joue avec l’idĂ©e que l’horreur est une sorte de miroir qui met en valeur la rĂ©alitĂ© en la dĂ©formant Ă  outrance.

Le thème principal de ce film est le tabou  des relations sexuelles incestueuses entre la mère et son fils adorĂ©, qui vit auprès d’elle, parce quelle est fascinĂ©e par sa jeunesse et sa beautĂ© en commettant la transgression la plus perverse qui soit.

En faisant de ce tabou un mythe horrifique autour du narcissisme gĂ©nĂ©rationnel, le rĂ©alisateur a voulu montrer que les parents peuvent avoir ce besoin d’ĂŞtre admirĂ©s comme c’est le cas d’AmĂ©lia la vaniteuse vieille mère.

Ce film parle aussi de la filiation d’ Edward qui se dĂ©couvre grâce Ă  un test ADN une famille quelque peu “chelou” quand il la retrouve Ă  l’âge adulte.

Notons que cette relation entre la mère et ses deux fils crée un vrai sentiment de malaise qui constitue le noyau émotionnel du film.

Le plus difficile pour Gabriel Abrantes  semble avoir Ă©té de trouver un juste Ă©quilibre entre effroi et humour Ă  travers des scènes chocs de disputes mortelles entre Ridley (brigette lundy-paine) et le jumeau de son petit ami Edward et l’aspect physique de la mère qui a trop abusĂ©e dans sa vie de la chirurgie esthĂ©tique.

Une mise en scène virtuose qui maintient un suspens permanent

Pour son troisième longs mĂ©trage  ce jeune rĂ©alisateur amĂ©ricano-portugais s’en sort plutĂ´t bien avec une mise en scène virtuose qui maintient un suspens permanent entre scènes bucoliques avec Edward et son amoureuse Ryley d’un cotĂ©  et dramatiques, sur font de scènes d’une extrĂŞme violence  oĂą le sang coule Ă  flot.

mĂŞme si le sujet est pour certains un peu trop classique, admettons qu’il fourmilles de bonnes idĂ©es, ce  qui lui permis de rafler le prix du jury au festival fantastique de GĂ©rardmer  en ce dĂ©but d’ annĂ©e  

Du cotĂ© casting, l’atout Ă©vident de ce film d’horreur est l’actrice Brigette Lundy-Paine (Riley), personnage central du film qui avec son charisme et sa justesse de jeu parvient Ă  donner de l’Ă©paisseur  Ă  un rĂ´le qui aurait pu la cantonner dans celui de l’Ă©ternelle hĂ©roĂŻne-petite amie  du film d’horreur, pendant que son amoureux se faisait embobiner par les forces du mal.

Autre trouvaille très intĂ©ressante, l’utilisation du mĂŞme acteur talentueux Carloto Cotta qui interprète trois personnages : les jumeaux en les diffĂ©renciant de manière nette tant physiquement que sur le plan psychologique et le père vĂ©ritable zombie cachĂ© qui n’apparait rĂ©ellement qu’Ă  la fin du film.

Si AmĂ©lia’s Children n’est pas un chef d’oeuvre et ne rĂ©volutionne pas le genre reconnaissons qu’il a au moins le mĂ©rite de tenter de belles choses comme la prĂ©sence furtive du père, dont le personnage et le rĂ´le auraient pu ĂŞtre plus exploitĂ©.

GĂ©rard SERIE

Découvrez les autres temps forts de l’actualité culturelle lyonnaise, sur le guide pour sortir à Lyon : Que faire à Lyon ce week-end ? (16, 17 et 18 février 2024)